Témoignages

Partir en course avec Lionel, c’est comme se laver le corps et l’esprit.

Je voulais me retourner juste un instant sur notre week-end commun,
prendre le temps d’en noter les petites résonances avant que le
quotidien n’avale et digère tout ça en quelques jours !

Remercier les agiles et infatigables cabris, Marielle et Laurent,
d’abord, de nous avoir embarqués, Romaric et moi, dans cette «
ascension » toute particulière, qui, si peu pieuse soit-elle, ne
manquait pourtant pas d’une certaine dimension mystique !

Je ne pensais pas toucher un jour du doigt… (Ou plutôt de la guibole
meurtrie, soyons réalistes !) Une aventure de cet ordre ! Je ne m’en
sentais tout simplement pas capable, et puis, finalement, j’ai aimé !
Et je me demande si je n’en redemanderai pas !

Alors, merci pour cette invitation à la nature et à l’authentique.

J’ai apprécié également la légèreté des événements, jamais graves et
toujours importants : cette adaptabilité permanente du fait de la
météo, ou des embouteillages…

Du coup, ces improvisations ont participé, je crois, à cet état
d’éveil épidermique.

Nous ne nous connaissions pas et nous avons su tisser instantanément
des images et des humeurs, des rires, et des confidences. La marche,
sans doute, l’inspiration des grands espaces sûrement, délient les
mots et les pensées.
C’était chouette !

Le temps n’était pas avec nous, mais nous étions avec lui… incroyable
de se sentir apaisée alors que le souffle est court, le pas ralenti et
la sandale un peu encombrante ! (Nous avions des raquettes à neige…) Et pourtant, ouatée
dans le brouillard épais, et le craquement de la neige, je me sentais
en harmonie avec l’environnement et avec mes errances. C’était une
ambiance feutrée et fantomatique qui avait un charme auquel je ne me
serais pas spontanément abandonné, chochotte que je suis de coutume !
Merci aussi à Lionel et son aisance au partage de son savoir et de sa
sérénité, de son détachement face au consumérisme ambiant !

Un petit mot aussi pour notre Manu pétillant, et sa verve rieuse, pour
sa philosophie et son regard sur la vie, son énergie, à peine altérés
par l’effort titanesque que nous avons déployé, lui et moi, pour vous
suivre tous !!!

Vous sentez l’énergie, là ?

Eva MIFSUD, Sortie raquette à neige

Si l’on pense que la passion guide les hommes, alors il est naturel d’être guidé par quelqu’un de passionné ! Car c’est bel et bien ce que l’on retrouve avec Lionel : la passion des montagnes, de ses milieux naturels sauvages et tous uniques, et celle des hommes qui l’habitent et la parcourent.

Lui-même en est un enfant, il y a grandi et y est devenu guide, d’abord basé en Oisans avant de s’établir dans les Aravis. Il a appris à connaître les différents visages et saisons de ces montagnes, et toute la palette des activités et des moyens de l’approcher et de la parcourir, en amateur talentueux, puis en tant qu’aspirant guide avant de devenir guide.

C’est à ce moment là que je l’ai rencontré pour ma part, habitant des plaines assoiffé de découvrir et d’être initié à ces mondes d’altitude. Au fil des envies et des inspirations, chaussés de skis ou de crampons, armés de piolets ou de nos seules mains, maniant broches et coinceurs ou seulement l’appareil photo, reliés par la corde et bien plus encore par des projets communs, c’est ce qu’il m’a appris, alliant l’enthousiasme et la prudence, la clairvoyance pour s’adapter et possédant l’art d’être au bon endroit au bon moment, au fil de grandes courbes rapides ou de progressions laborieuses avec les bras tétanisés, toujours avides de l’ivresse des grands espaces et des mondes verticaux .

Reste de tout ça la beauté de ces arêtes, couloirs ou parois, la magie des bivouacs sous les étoiles, la joie de quelques belles réussites partagées entre un guide et son client, entre deux amis … et l’impatience avant de repartir pour de nouvelles réalisations et expériences !

Et alors, on part où la prochaine fois ?

 

Vincent JANDARD, Client - ami

Recette pour un bon voyage :

Vous prenez huit personnes, de 30 à 70 ans, bien différentes, mais toutes unies par l’amour de la nature, de la découverte, de la marche en montagne. Vous les plongez une semaine dans un univers hors du commun, dans les zones presque désertes de l’Anti-Atlas, d’abord dans un petit village en partie détruit, Ousmenate, où vivent encore deux familles, dont celle de Rachid qui les accueille, puis dans un village de montagne , Tagdicht, à 1400m, où elles coucheront dans le gîte municipal .

Vous les hissez parfois sur des sommets, après quelques parcours acrobatiques au milieu de rochers magnifiques de quartzite, granit ou calcaire, aux formes souvent étranges, à la végétation surprenante .

Entre deux djbels, faites-les reposer dans de splendides oasis où les canaux d’irrigation et les palmeraies les rafraîchiront, où le chant des oiseaux, bulbul et serin, les charmeras.

Remuez de temps en temps au son du violon berbère (le Ribab) et du banjo. Saupoudrez de magnifiques étoiles et laissez s ‘échapper la voix du Muezzin chaque soir et matin.

Bien sûr, ne négligez pas les épices : arganiers, euphorbes et cactus, cystes ou globulaires, genêts-scorpions et asphodèles… ni les parfums de thym, de thés à la menthe et de fleurs d’amandiers.

Laissez mijoter longtemps au petit feu de l’amitié, de l’humour et de la bienveillance. Prenez des photos car ce plat est une rareté, non encore brevetée !

Et quand vous aurez goûté et savouré, remerciez sans modération les deux géniaux cuisiniers, LIONEL et SISSI, deux humains qu’il fait bon croiser sur sa route, ici celle de Tafraoute.

Anne Marie MARGAIN, Cliente