Partir en course avec Lionel, c’est comme se laver le corps et l’esprit.

Je voulais me retourner juste un instant sur notre week-end commun,
prendre le temps d’en noter les petites résonances avant que le
quotidien n’avale et digère tout ça en quelques jours !

Remercier les agiles et infatigables cabris, Marielle et Laurent,
d’abord, de nous avoir embarqués, Romaric et moi, dans cette «
ascension » toute particulière, qui, si peu pieuse soit-elle, ne
manquait pourtant pas d’une certaine dimension mystique !

Je ne pensais pas toucher un jour du doigt… (Ou plutôt de la guibole
meurtrie, soyons réalistes !) Une aventure de cet ordre ! Je ne m’en
sentais tout simplement pas capable, et puis, finalement, j’ai aimé !
Et je me demande si je n’en redemanderai pas !

Alors, merci pour cette invitation à la nature et à l’authentique.

J’ai apprécié également la légèreté des événements, jamais graves et
toujours importants : cette adaptabilité permanente du fait de la
météo, ou des embouteillages…

Du coup, ces improvisations ont participé, je crois, à cet état
d’éveil épidermique.

Nous ne nous connaissions pas et nous avons su tisser instantanément
des images et des humeurs, des rires, et des confidences. La marche,
sans doute, l’inspiration des grands espaces sûrement, délient les
mots et les pensées.
C’était chouette !

Le temps n’était pas avec nous, mais nous étions avec lui… incroyable
de se sentir apaisée alors que le souffle est court, le pas ralenti et
la sandale un peu encombrante ! (Nous avions des raquettes à neige…) Et pourtant, ouatée
dans le brouillard épais, et le craquement de la neige, je me sentais
en harmonie avec l’environnement et avec mes errances. C’était une
ambiance feutrée et fantomatique qui avait un charme auquel je ne me
serais pas spontanément abandonné, chochotte que je suis de coutume !
Merci aussi à Lionel et son aisance au partage de son savoir et de sa
sérénité, de son détachement face au consumérisme ambiant !

Un petit mot aussi pour notre Manu pétillant, et sa verve rieuse, pour
sa philosophie et son regard sur la vie, son énergie, à peine altérés
par l’effort titanesque que nous avons déployé, lui et moi, pour vous
suivre tous !!!

Vous sentez l’énergie, là ?

Eva MIFSUD, Sortie raquette à neige